Le lien avec mon client est une construction et un vécu qui me fascinent.

Le lien

Le lien, voilà un mot qui en dit plus pour moi « qu’une attache » pour voyager en parité.

Souvent ce lien relève d’une construction étonnamment spontanée ; tous les coachs savent que Tout est au commencement.

Qu’est ce qui se produit, dès le premier regard échangé, bien avant les premiers mots ?

Il y a d’abord l’humilité d’une personne (quelle que soit sa position au sein de l’organisation) qui se dit que seule, elle n’y parviendra pas.

A deux, elle pense qu’elle obtiendra le résultat attendu.

Le coach accueille cette demande, qui est plus qu’une invitation au voyage à deux, en parité et en  bienveillance.

Voyage d’exploration des ressources du coaché, ressources qui sont en lui.

Alors, mon rôle de coach est d’aider mon client à les activer :

  • En se les appropriant par la prise de conscience,
  • En imaginant leur mise en œuvre, et en les « testant à blanc »,
  • et enfin en convenant que la voie est bien celle qui vient d’être arrêtée avec son coach.

Je déduits que c’est ce lien et plus précisément ce que j’y mets  dans ce lien, dès le commencement et naturellement, qui invite mon client à travailler son intérieur.

L’intimité dans la relation fait que le coach propose naturellement à son client de s’appuyer dans la Co construction du lien sur ce que le coach est  avec son histoire.

Ainsi, j’avance l’idée que quelque chose qui nous dépasse se produit dans le coaching individuel.

Le client et le coach se nourrissent par obligation de ce que l’un comme l’autre apporte naturellement :

Ce que chacun est, avec son histoire.

L’histoire de l’un relie à l’autre avec son histoire, et nous demeurons humains avec notre histoire.

Aussi, nos histoires « parlent » malgré nous, elles constituent un même pont  entre l’accompagné et le coach.

La parité dans le chemin du coaching est validée par cet échange.

Le coach donnant l’exemple en toute humilité et naturellement, le client ne peut qu’être au diapason et donc se mettre lui aussi en parité :

Chacun avec son cœur ouvert, donc avec sa propre histoire

Le lien, « ce que tu es » et « ce que je suis »

Le coach se doit d’être authentique, en restant ce qu’il est, et ce pour que le client puisse lui aussi être vrai en restant ce qu’il est.

C’est cela le LIEN pour moi, en coaching bien entendu.

L’empathie constitue-t-elle l’élément essentiel dans ce lien ? J’en doute.

Les travaux de Bateson et de Dilts mettent en évidence que la relation est la fondation (pour le client) de l’autonomie et de la création.

L’empathie ne suffit pas pour conforter cette relation ;  le jeu des émotions de chacun nécessite autre chose, liée au sensible et aux sentiments.

Pour moi, rien n’est à comprendre, car tout est à vivre à partir de la demande reçue comme un CADEAU.

Alors, est-ce simplement, Aimer l’autre ?

Des commentaires sur cet article ? Ecrivez-moi ici

Comments are closed.